Bienvenue dans l'espace privé du SNROC, réservé aux adhérents. Si vous n'avez pas encore d'accès, vous pouvez en faire la demande au SNROC par email.

LES CHIFFRES CLES DE LA FILIERE PIERRE NATURELLE

Chiffres clé

La filière française des roches ornementales et de construction constitue 4% du marché du bâtiment.
Elle a connu depuis 2008 un certain nombre de difficultés ayant modifié sensiblement sa physionomie, mais reste un pôle national d'activité reconnu.

En 2015, la filière représente :
- près de 750 entreprises spécialisées dans l'extraction et la transformation de la pierre naturelle,
- un chiffre d'affaires de 524 millions d'euros,
- près de 6 100 emplois,
- 559 carrières exploitées
- export : 89 millions d'euros de produits finis et 26 millions d'euros de produits bruts
- import : 393 millions de produits finis et 57 millions de produits bruts
-> balance commerciale largement déficitaire mais qui se redresse légèrement !

Après une période de croissance régulière entre 2001 et 2007, qui a surtout profité aux importations de produits finis principalement dans le secteur de la voirie et celui du funéraire (+135 M€), le marché s'est contracté entre 2007 et 2012, retrouvant sa valeur de 2007 après une forte chute de la production française de 107 M€.
Cette baisse d'activité a touché toute la chaîne de production de produits finis mais surtout l'extraction.
Sur la période 2001-2012, la filière a accusé un repli global de près de 14,7% lequel a eu des effets significatifs tant sur le nombre d'entreprises (-13,3%) que sur le nombre de collaborateurs (-29,9%).

A ce jour, cette filière est marquée par plusieurs facteurs structurels :

  • une extraction de 479 000 m3 de pierre, hétérogène au sein de grandes familles (granits, pierres calcaires, marbres, grès, laves et ardoises), qui, du fait de la géologie, est fortement régionalisée avec une prépondérance des deux premières familles. Elles représentent à elles seules 97% des volumes extraits et 90% du chiffre d'affaire (CA) généré par l'ensemble de la filière.
  • Des secteurs d'utilisation bien distincts permettant à quelques entreprises de la filière de diversifier leurs offres. Même si en 2012, le secteur du bâtiment reste le principal débouché des roches ornementales et de construction (44% du CA de la filière), la crise du marché de la construction depuis 2009 fait du funéraire un marché encore important (48 %), en dépit de sa perte de vitesse.
  • Un tissu de petites - voire de très petites - entreprises, que la concurrence des produits finis asiatiques à bas coût, fagilise un peu plus. En outre, cette filière a à faire face à une consommation intérieure parmi les plus faibles des pays industrialisés, plaçant la France au 16e rang mondial des utilisateurs de pierre avec une consommation annuelle par habitat de l'ordre de 0,5 m2 de pierre.

La fiilière des roches ornementales et de construction s'efforce de regagner des parts de marché dans le bâtiment et les travaux publics. Elle s'adapte aux nouvelles tendances constructives, développe et met à disposition des prescripteurs des outils d'aide à la décision pour dimensionner les ouvrages ou/et renforcer l'efficacité énergétique des bâtiments. 
La lutte contre l'importation de pierres de qualité incertaine passe par la reconnaissance de l'origine géographique des produits. La détermination de l'origine des produits ("carte ADN de la pierre") et la protection de celle-ci (Indication Géographique) sont deux des moyens pour faire reconnaître la qualité particulière des produits français et leur durabilité.